vendredi 15 mai 2015

"Les Regrets" de Cédric Kahn ou l'amour au temps de l'hyperconnexion

A quoi ressemblent une relation ou une rupture amoureuses à l'ère de l'hyperconnexion ? Le numérique, en tant qu'ensemble d'hyperliens ou d'objets connectés, permet-il de consolider l'union ou de conjurer la séparation? Telles sont les questions passionnantes posées par le film "Les Regrets" de Cédric Kahn (2009).





Certes, dans le film, les protagonistes ne sont pas équipés de téléphones de dernière génération. Pas de smartphones, mais des téléphones filaires parfois antiques, ou de simples téléphones mobiles permettant tout au plus... de téléphoner et d'envoyer des SMS. Il n'en reste pas moins que les téléphones jouent un rôle tellement important dans l'action du film, qu'ils apparaissent comme la métonymie de nos relations à l'heure de l'hyperconnexion : la capacité que permettent les outils numériques de joindre et de garder contact avec n'importe qui à toute heure du jour ou de la nuit (même dans une chambre d'hôpital aux côtés d'une mère agonisante).

Dès la scène de la rencontre, le téléphone fait son entrée. Quinze ans après leur rupture, lorsque Mathieu (Yvan Attal) revoit Maya (Valeria Bruni-Tedeschi) dans la rue, elle est absorbée dans une conversation téléphonique et ne le voit pas immédiatement. Scène fugitive qui pourrait illustrer l'idée souvent rebattue selon laquelle les technologies coupent leurs adeptes du contact avec la "vie réelle".

Mais à l'inverse, d'autres événements montrent que le téléphone permet de créer de nouvelles connexions ou de maintenir des liens. C'est lui qui permet à Maya de renouer contact avec Mathieu retourné pour quelques jours dans la maison de sa mère. C'est lui qui permettra à Maya de joindre Mathieu au café dans lequel ils s'étaient donné rendez-vous, pour s'excuser de son retard et lui proposer de se retrouver chez elle, dans une ferme isolée. On apprendra plus tard qu'une situation assez semblable avait conduit à la séparation des amants, quinze ans plus tôt  : Mathieu avait attendu Maya deux heures dans un bar, et ne la voyant pas venir avait décidé que c'était la fin de leur relation. Le téléphone a donc permis d'éviter que ne se reproduise le trauma initial, de bloquer le retour du Même.

La scène de séparation à la gare est l'une des plus belles scènes du film. Sur le quai, Maya fait ses adieux définitifs à Mathieu. Elle doit partir en Amérique du Sud avec sa fille et son compagnon. A peine le train a-t-il démarré, Mathieu envoie un SMS. "As-tu des regrets ?" demande-t-il. Maya répond par un autre SMS : "Je n'ai que des regrets". Les scènes de séparation sur un quai de gare sont devenues un cliché cinématographique. Mais l’immixtion du téléphone dans la scène permet de revisiter le motif éculé. Le téléphone permet de pointer la contradiction du sentiment amoureux : "nous nous séparons même si je n'ai que des regrets". Mais ce que nous dit aussi cette scène, c'est que le téléphone permet de maintenir un lien entre les amants au moment-même où la rupture est prononcée. C'est ce que les linguistes appellent une contradiction performative, c'est-à-dire "lorsqu'on agit d'une manière qui dément les propos que l'on tient au moment où l'on agit". Le téléphone permet également d'exprimer par des mots le "off" de la séparation. Les amants désunis échangent en temps réel sur la façon dont ils vivent les choses de l'intérieur. L'intime devient "extime", la séparation est en même temps une communion. 

On pourrait encore multiplier les exemples. Ou bien chercher ailleurs des contre-exemples. D'une certaine manière, le film de Jérome Bonnell "Le temps de l'aventure" (2013) se présente comme le double inversé du film de Cédric Kahn. Pour Alix Aubane (Emmanuelle Devos), "l'aventure" commence lorsqu'elle oublie le chargeur de batterie de son téléphone dans sa chambre d'hôtel. Il lui reste les cabines téléphoniques pour contacter son compagnon, mais celui-ci est injoignable. C'est justement cette rupture des télécommunications qui ouvre dans la vie d'Alix la possibilité d'une nouvelle rencontre : celle d'un inconnu entraperçu dans un train (Doug, interprété par Gabriel Byrne). Le scénario du film de Bonnell semble fonctionner à partir d'une idée simple: l'amour trouve sa possibilité dans un lâcher prise avec le quotidien, quand les liens sont distendus. 

Le film de Cédric Kahn explore la dimension inverse : que se passe-t-il lorsqu'il est toujours possible de garder contact avec l'autre, lorsque l'autre est toujours immédiatement "joignable"? Difficile de dire si, au final, le téléphone agit comme un adjuvant efficace pour prémunir les amants de la rupture, ou si, au contraire il catalyse la désagrégation perpétuelle du couple. Mathieu et Maya vont de ruptures en réconciliations, de réconciliations en ruptures, et la fin ouverte ne donne aucune réponse. A moins que le film de Cédric Kahn n'arrive à cette conclusion un peu amère: les moyens de communication permettraient, pour parler comme Guy Debord, de "réunir le séparé en tant que séparé"...

Ironie de l'histoire: le chanteur Philippe Katerine, qui fait partie du casting du film, devait signer quelques années plus tard, en 2012, une chanson hilarante sur la vie contemporaine d'un "accro" du smartphone :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à commenter ce billet !
Scindez votre commentaire en plusieurs parties, si votre message est long (la plateforme Blogger demande de ne pas dépasser 4096 caractères par commentaire).
Avant de le publier, je vous conseille de prendre le temps de le sauvegarder ailleurs (mail, fichier texte, etc), surtout si votre message est long. Car plusieurs lecteurs de ce blog m'ont signalé qu'ils avaient "perdu" le commentaire qu'ils avaient tenté de publier.
En cas de problème, vous pouvez m'envoyer vos commentaires à l'adresse theloniousmoon@yahoo.fr, et je les republierai sur le blog.